Jeudi 18 août 2011 4 18 /08 /Août /2011 19:28

ERD2659

Par Eric Rechsteiner Photographer
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 29 mars 2011 2 29 /03 /Mars /2011 14:00

zoomcover01

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Eric Rechsteiner Photographer
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 2 octobre 2010 6 02 /10 /Oct /2010 13:55

 

 

couv

 

      est ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 31 décembre 2009 4 31 /12 /Déc /2009 07:16
songe

 

 

 

 

- Qui aimes-tu le mieux, homme énignatique, dis? Ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère?

- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.

- Tes amis?
- Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.

- Ta patrie?
- J'ignore sous quelle latitude elle se situe...

- La beauté?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.

- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez dieu.

- Eh! Qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?

- J'aime les nuages... les nuages qui passent, là-bas... là-bas... les merveilleux nuages".

Baudelaire L'Etranger
(Petits poèmes en prose) 

 


The Stranger

    -- Tell me, enigmatic man, whom do you love the best?  Your father, or your mother, or your sister, or your brother?

    -- I have neither father, nor mother, nor sister, nor brother.

    -- Your friends?

    -- You are using a word whose meaning remains unknown to me to this very day.

    -- Your country?

    -- I do not know under what latitude it lies.

    -- Beauty?

    -- I would love her gladly, goddess and immortal.

    -- Gold?

    -- I hate it as much as you hate God.

    -- Well then!  What do you love, extraordinary stranger?

    -- I love the clouds ... the passing clouds ... over there ... over there ... the marvelous clouds!

 

 

 

 


Par ER - Publié dans : ASIAN CITIES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 29 juillet 2006 6 29 /07 /Juil /2006 12:07













"...une saturation de signes magnifiques qui baignent dans la lumière de leur absence d'explication".




Manoel de Oliveira















Par ER - Publié dans : TOKYO
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 25 avril 2006 2 25 /04 /Avr /2006 19:20






 




飛ぶ、飛ぶ、

飛び魚がとぶ、


朝日のなかを あはれかなしきひかりとなり


               (牧水)












Par ER - Publié dans : TOKYO
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 21 mars 2006 2 21 /03 /Mars /2006 05:36




intactes



Je me suis intéressé à tout autre chose. Je ne suis pas allé m'asseoir en "lotus", je n'ai pas cherché "quelle était la nature profonde du Bouddha". [...] Je n'ai pas été bien studieux : ce que je sais du Zen aujourd'hui me permet tout juste de mesurer à quel point j'en manque, et combien ce manque est douloureux. Je me console en me disant que, dans le vieux Zen chinois, c'était la tradition de préférer, pour succéder au maître, le jardinier qui ne savait rien au prieur qui en savait trop.

J'ai conservé mes chances intactes.



Nicolas Bouvier
"Chronique japonaise"











Par ER - Publié dans : ASIAN CITIES
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 18 mars 2006 6 18 /03 /Mars /2006 04:07







Si le mystique ignore encore les secrets
de ce monde, je me demande de qui
le cabaretier peut bien les avoir appris.
                  
                                                    Hâfiz






Par ER - Publié dans : INDIGO STREET
Voir les 0 commentaires
Mardi 14 mars 2006 2 14 /03 /Mars /2006 01:16











She dwelt among the untrodden ways
Beside the springs of Dove,
A Maid whom there were none to praise
And very few to love:

A violet by a mossy stone
Half hidden from the eye!
--Fair as a star, when only one
Is shining in the sky.

She lived unknown, and few could know
When Lucy ceased to be;
But she is in her grave, and, oh,
The difference to me!





        William Wordsworth

















Par ER - Publié dans : INDIGO STREET
Voir les 0 commentaires
Samedi 4 mars 2006 6 04 /03 /Mars /2006 01:41



 








Traumbesitz


So leg das Laub zusammen mit den Seelen.
Schwing leicht den Hammer und verhüll das Angesicht.
Krön mit den Schlägen, die dem Herzen fehlen,
den Ritter, der mit fernen Mühlen ficht.

Es sind nur Wolken, die er nicht ertrug.
Doch klirrt sein Herz von einem Engelsschritte.
Ich kränze leise, was er nicht zerschlug:
die rote Schranke und die schwarze Mitte.




Paul Celan













Par ER - Publié dans : TOKYO
Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés